Les cuisines à Madagascar

Les cuisines à Madagascar ?
Une Île plutôt spacieuse et même plus grande que la France, Madagascar a tout pour plaire. Il y a déjà les habitants accueillants habitués aux touristes, et aussi un paysage unique en son genre. Du nord au sud de l’île, le climat n’est pas le même ; diversifie ainsi la présence animalière et les richesses des produits alimentaires. L’art culturel va de paire avec cette différenciation.
Le poisson lafika du Nord-Est de Madagascar
Riche en cuisine, l’art culinaire est aussi un des éléments le plus attrayant de Madagascar. Chaque région dispose leur propre recette pour un plat ou cuisson. Si le poisson est le produit qu’on voit partout dans l’île, une fois visiter toute île, on constate rapidement ce propos de différenciation. Au centre, le « poisson lafika » ou poisson avec un autre ingrédient en dessus comme du légume, céréale ou autres. Le plus pratique est la pomme de terre. Pour le faire, il faut frire la pomme de terre sans sel. On les met ensuite en dessus des poissons avec un peu de sauce et du sel. Le goût change vraiment avec cette astuce. Le gingembre aromatise la cuisson et le tour est joué.
Le koba voanjo mafana du centre
Encore une cuisine typique de l’île assez originale, le koba voanjo. Ce n’est pas un met comme le poisson lafika. Il ne s’agit pas de mets mais plutôt de sorte de pain. Le koba voanjo est composé en 90 % d’arachides et de sucre. Il se contient également d’un peu de poudre de riz ou de manioc sur les extérieurs. Le koba voanjo se fait en masse pour de nombreuses personnes. Pour une seule pièce, on utilise 3 à 6 kg d’arachide ou de voanjo. Cela peut suffire à une trentaine de personnes. C’est un plat qui se mange chaud, c’est vraiment du régal pendant l’hiver.
Le maïs au lait des Antandroy du sud
Les Antandroy sont les habitants du sud de la région Androy. C’’est une terre sèche dont le célèbre kéré frappe la ville presque chaque semi-décennie. Il y a donc une insuffisance d’eau assez importante. C’est une des raisons de leur cuisson au lait dans presque tous les repas. Le maïs au lait est l’un de ces plats. La cuisson consiste à le cuire d’abord avec de l’eau jusqu’à ce que toute l’eau se vaporise et le maïs soit mou. On le fait ensuite bouillir avec beaucoup de lait pendant 5 à 10 minutes.
Il faut dire que les produits alimentaires Malgaches ont des goûts purs et extraordinaires. Le maïs du sud sont naturellement sucrés par rapport à ceux du centre. C’est pareil pour les autres aliments : arachides, patates, etc….Il faut y goutter pour en croire et pour faire plaisir à la papille.