Le Famadihana

Le famadihana, un rituel encore à jour
Les morts peuvent aussi avoir froid selon la croyance Malagasy qu’ils ont besoin de couverture ? En réalité, le Famadihana Malagasy intrigue la curiosité du monde entier. Il s’agit des retournements des morts, de les couvrir pour des buts vraiment intéressants. Le famadihana est un phénomène familial ou un rituel qui réunissent la plus grande famille existante.

Comment se déroule le famahadihana ?
Cette tradition Malagasy est effectuée par les membres des familles toute entière. Elle consiste à reconnaitre les morts selon leur identité pendant leur vivant puis à raconter la descendance existante pour comprendre la lignée familiale. Une fois que les morts reconnus, on les étales sur le tsihy où un tapis afin que ses proches familles puissent encore une fois témoigner leur amour ou leur respect envers ce mort. La famille lui couvre ensuite de nouvelles couvertures. Il y existe toutes sortes de protocoles pendant l’exécution.

La festivité de Famadihana
Avant de venir dans les tambeaux, les familles se préparent en marchant à pas de danse et musique ambiancée à la Malagasy. C’est toute une joie d’une grande famille. La festivité commence donc en chemin vers et parfois même un ou deux jours avant. Cette famille invite même les voisins et ses amis à assister à leur famadihana et les reçoit par un gros festin. C’est le vary be menaka.
Actuellement en raison de la religion chrétienne, beaucoup de Malagasy ne le pratique. Car pour eux, le faite de faire venir un mpanandro, la personne prévoyante qui use de son pouvoir spirituel, est une forme de manque de confiance envers Dieu. En plus, les chrétiens n’ont jamais apprécié le fait de porter le reste du tapis utilisé durant le famahadina comme porteur de chance. Sur ce, chacun y mette son avis et d’autres décident d’abandonner pendant que d’autres changent un peu les rituels. Car il faut reconnaitre que ce rituel avec son côté positif réunit une très grande famille. C’est l’occasion pour chacun de se voir.