Cuisson de poisson et crustacé à Madagascar

Cuisson de poisson et crustacé à Madagascar
Par la grande variation de son climat favorable à des vies  aquatiques différentes, et par l’existence d’une longue étendue maritime, les poissons et les crustacés existent abondamment à Madagascar. Ils sont de très bonne qualité que les habitants en profitent pour en créer des plats artistiques. Pour chaque région, la cuisson de ces deux produits alimentaires démontre une créativité culturelle à ne pas manquer. 
Les cuissons des poissons, une démonstration culturelle
Au centre, on aime surtout le carpe, le gros poisson.  Ce type de poisson peut se cuire avec très peu d’ingrédients : de l’ail et un peu d’huile.  Pour un demi-kilo de poisson, il suffit d’y verser un demi-verre d’eau à chaque fois que l’eau se vaporise totalement.  On répète cette action trois fois et le tour est joué.  Le poisson est un peu cuit mais vous allez voir que c’est du délice. 
Autrement, pour ceux qui aiment la mi-cuisson, il est de mise de bien faire la sauce, avant de la verser dans le poisson,  puis les mettre sur le feu jusqu’à ce que les yeux du poisson deviennent blancs comme du soufre. 
Par contre, la réputation  de soupe de poisson  est très répandue  dans l’île.  Il s’agit de cuire le poisson avec de l’anamalaho, un peu de sauce tomate et beaucoup d’eau.  Les vezondriaky, une population du sud de l’île qui vie en grande partie dans le métier de pêche, sont  les véritables détenteurs d’art de cuisson de poisson. D’ailleurs, cette population vénère cet art. Ce sont également eux la source de trondromaina : des poissons secs.  C’est leur manière de conserver les produits.
Les crustacés à la façon malagasy
Sur les côtes de l’île, les chairs des crustacés sont délicieuses comme base de plat Romazava.  C’est le plat disposant encore de beaucoup d’eau et d’un peu de sauce tomate mélangé à l’oignon rouge, les crustacés au gingembre de l’île.  Ce plat  se mange avec du riz sec.  En frite, aux sauces ou autres, la richesse des épices, des piments, et surtout le don en art de cuisine permettent à chaque région de Madagascar de créer un délicieux plat de même base selon les produits alimentaires  locaux.